cochon1Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Laurent Wauquiez, vient d’annoncer la mise en place d’un dixième mois de bourse complet en septembre, une revendication pour laquelle l’UNEF et les étudiants se battent depuis 6 ans.

Annoncé par Nicolas Sarkozy en 2009 et mis partiellement en place par Valérie Pécresse en 2010, le versement de cette mensualité supplémentaire a tardé à se mettre en place. L’UNEF avait à plusieurs reprises interpelé le gouvernement sur l’urgence sociale qui exigeait une mise en place rapide de cette mensualité.

Si l’on peut regretter le temps perdu, cette mesure est une bonne nouvelle pour les 500 000 boursiers qui verront leur bourse augmenter de 12% en deux ans (entre 160 et 460 euros supplémentaires). Il s’agit d’une véritable conquête sociale dans un contexte où le gouvernement instaure un climat d’austérité. Alors que partout le gouvernement impose des restrictions budgétaires, les étudiants sont la seule catégorie de la population à avoir remporté une victoire sociale majeure. Ceci démontre que l’engagement collectif au sein de l’UNEF permet de gagner des droits dans les situations les plus difficiles.

L’UNEF veillera particulièrement à ce que le retard de la décision du gouvernement n’entraine pas un retard du paiement des bourses. Par ailleurs cette mesure touchera 21,5% des étudiants, c’est-à-dire ceux qui bénéficient d’une bourse mensuelle. Pour tous ceux qui ne bénéficient pas des bourses d’enseignement supérieur la situation reste préoccupante. L’UNEF réclame donc que des mesures d’urgence pour l’ensemble des étudiants soient mises en œuvre dès la rentrée à savoir le gel des dépenses obligatoires, la revalorisation des APL de 20% ou encore la création d’une aide supplémentaire de 160 euros pour les boursiers échelon 0.