80 000 manifestants dans les rues de Paris pour défendre le service public d’éducation !

Les étudiants, les lycéens, les personnels de l’éducation et les parents d’élèves ont montré leur détermination et leur volonté de défendre le service public d’éducation. Ils ont dénoncé les politiques éducatives du gouvernement : les 11 200 suppressions de postes à la rentrée 2008, les 13 800 programmées pour l’année prochaine, les menaces sur l’avenir des IUFM, la modification des programmes du primaire, la réforme du lycée…

Priorité à l’Education !

Dans un contexte économique fragilisé par la crise financière, où le gouvernement démontre qu’il peut en quelques jours débloquer plusieurs milliard d’euros pour renflouer un système bancaire en faillite, quand depuis plusieurs années il refuse de répondre aux revendications de la communauté éducative et que sa politique ne voit dans l’éducation qu’un moyen d’économiser, l’UNEF entend rappeler que ce n’est pas aux jeunes de payer aujourd’hui le prix des erreurs des générations d’hier en sacrifiant leur avenir sur l’autel de la rigueur budgétaire. Au contraire, ce sont des dépenses d’avenir dans l’éducation, l’université et la recherche dont le pays à besoin pour investir et relancer l’économie. La priorité à l’éducation est une réponse à la hauteur de la crise actuelle.

Le gouvernement doit faire le choix de l’avenir et investir dans l’éducation.   Les étudiants exigent :

- Le rétablissement de tous les postes supprimés dans l’Education Nationale et l’Enseignement Supérieur

- Un plan de recrutement de 2500 enseignants-chercheurs et 2500 personnels dans les universités par an pendant 5 ans
- Un plan de recrutement dans l’Education Nationale pour faire face aux besoins d’encadrement.
-
Une réforme de la formation des enseignants garantissant :
Le maintien des concours de l’enseignement à bac+3, la reconnaissance de la formation professionnelle à bac+5, le maintien de la rémunération de la 5ème année de formation, une formation des enseignants assurée par les IUFM.

Dans l’attente, les étudiants ne resteront pas sans réagir. L’UNEF organisera dans les prochains jours aux côtés des syndicats de personnels des assemblées générales d’information afin de faire entendre la voix des étudiants en cette rentrée.