votation-citoyenne-poste1

Du 28 septembre au 3 octobre, l’UNEF a pleinement participé à l’organisation de la votation citoyenne sur l’avenir de La Poste en mettant à la disposition des étudiants des urnes sur les campus afin de pouvoir s’exprimer.

Les étudiants ont largement participé à cet événement et à sa réussite. Partout en France, des milliers d’étudiants ont exprimé leur refus d’un changement de statut de la Poste pouvant conduire à sa privatisation avec notamment : 3 200 votants à Paris 1, 900 votants à l’université de Clermont, 1 600 à Lyon, 1 750 à Montpellier, 818 à Metz, 620 à Orléans, 492 à Cergy, 600 à Besançon… Samedi 3 octobre encore, les militants de l’UNEF ont organisé le vote de plus de 2 200 personnes à l’occasion d’une action organisée à Paris.

Cette participation massive de la population et le « Non » au projet de changement de statut de La Poste doit être respectée. La privatisation des services publics ne pourra se faire contre la volonté des citoyens.

Au-delà du refus de voir La Poste privatisée, les étudiants ont su témoigner leur attachement aux services publics qui se retrouvent particulièrement fragilisés et remis en cause par la politique du gouvernement.

Devant cette forte mobilisation qui a rassemblé plus de 2 millions de votants, l’UNEF demande au gouvernement de tenir compte de la dynamique populaire qui s’est exprimée et réclame l’organisation rapide d’un référendum d’initiative populaire sur le changement de statut de la Poste, conformément à la Constitution. L’UNEF poursuivra la mobilisation dans cette perspective aux côtés de toutes les organisations membres du « comité national contre la privatisation de La Poste ».